test3

“Mon premier merveilleux trail”…

Merveilles F 1

Afficher l'image d'origine

 

 

Dimanche 6 mars 2016, Breil-sur-Roya, 9h20. Bon ça y est, j’y suis, me voilà sous l’arche de départ du Trail des Merveilles dont on parle depuis des mois.

Des centaines d’autres coureurs sont là, ainsi que les 33 membres du CTC.

C’est mon premier « vrai » Trail. J’ai les mains moites et le cœur qui bat la chamade, mélange d’excitation et d’incertitude ; je regarde ma montre, 9h32, ça ne devrait plus tarder…

A gauche Cristelle, à droite Karim, derrière Brigitte et devant, des dizaines d’inconnus. On se tape dans les mains pour s’encourager, on se lance des « à tout à l’heure, bonne course », quand soudain : C’EST PARTI !!!

D’emblée, petite grimpette, j’essaie de ne pas m’emballer, même si ça n’est pas évident avec l’euphorie du départ, la musique et le public. Je croise Steph sur le côté avec son petit bout, coucou de la main et sourire en coin, ça me met du baume au cœur…

Je me concentre sur mon souffle, je lève la tête, et admire les paysages, le soleil chauffe déjà beaucoup et je ne tarderai pas à retirer mes gants et à remonter mes manches (et oui, j’ai encore du mal à partir léger =-) )…

A quelques mètres devant moi, j’aperçois Cristelle, je me dis qu’elle peut être un point de repère alors j’essaie de la garder en ligne de mire. Quelques minutes plus tard, j’arrive à sa hauteur, je ne le sais pas encore, mais nous ferons route ensemble…

Les kilomètres défilent, les paysages avec, je surveille le temps à ma montre et bois et mange en conséquence.

Une descente, une traversée de ruisseau, du plat, une montée, une descente, Jphi qui passe entre nous deux en lançant un « allez les filles », encore des montées en monotrace qui s’enchainent, et les bouchons humains avec, j’en profite : j’avale un gel et deux gorgées d’eau, je souffle, j’inspire, j’avance petit à petit mais sûrement…

 

 

 

Dans une montée on voit Jacky, on continue la route ensemble quelques temps, puis on finira par se séparer en s’encourageant mutuellement ! On cavale sur les sentiers, on traverse des champs d’oliviers, on longe des propriétés, on contemple les sommets enneigés, puis là, on recroise JPhi : de sales crampes l’ont pas mal ralenti, on l’encourage et on le dépasse (…)

Kilomètre 14, premier ravito, ça tombe bien, je n’ai plus d’eau. On remplit les flasques, je prends une pleine poignée de Tucs, puis c’est reparti. On se ménage, car le plus dur reste encore à venir…

Kilomètre 17, les choses sérieuses commencent….

On s’engage dans la montée, ça grimpe très fort ; je pousse sur mes cuisses et tire sur mes bras, malgré tous les efforts rassemblés pour monter : je n’avance pas. J’essaie de ne pas me replier sur moi-même pour faciliter au maximum l’entrée d’air dans mes poumons (sur les conseils donnés la veille), je bois fréquemment, à petites gorgées, je sens mon cœur qui s’emballe, petit coup d’œil à ma montre : 187 battement/minute ; je ne suis pas au mieux, j’comprends mieux.

Les yeux fixés par terre, je commence à me demander ce je que fais ici, le moral baisse, l’allure avec. Seb est là aussi, il me dépasse, je m’accroche comme je peux.

Je bois une autre gorgée d’eau et j’enchaine avec un gel. Je lève la tête, Cristelle et devant, je l’aperçois au loin avec son tee-shirt jaune fluo. Je regarde autour de moi : montagnes, ciel bleu et grand soleil, franchement, de quoi je me plains ? C’est magnifique. Les yeux humides et le moral remonté à bloc, j’accélère le pas, finalement je dépasse Seb et arrive bientôt aux côtés de mon binôme. Elle est avec Olivier, il n’est pas au mieux lui non plus ; on l’encourage, et on se dit à tout à l’heure.

Fin de ce premier « mur »; une petite descente nous fait déboucher sur un large chemin DFCI, on relance un peu le rythme, je reprends mes marques et mon souffle. Ca va nettement mieux !

Aurais-je parlé trop vite ?

Lancée sur la piste, je ressens tout à coup une légère contracture au mollet gauche et je me dis que cette montée ne m’a pas ménagée ; je continue, et ce coup-ci c’est mon quadriceps droit qui se contracte, puis mon mollet droit, enfin mes pieds. Maintenant j’en suis sûre : je crampe. Le moral s’effondre à nouveau, je dois ralentir, mais je ne me laisse pas abattre.

Kilomètre 20, second ravito. Par chance liquide et SOLIDE, alors qu’il ne devait être que liquide…

Une fille de ma catégorie est sur une chaise en train d’essayer tant bien que mal de chasser ses crampes… Bruno est là lui aussi, pause imposée pour cause de crampes ; Décidément !

Je regarde ce que propose le ravito, merci petit Jésus : DES TUCS  =-) !!

J’en prends une double dose, et commence à manger ! D’un commun accord, nous décidons de ne pas nous éterniser, Bruno nous emboîte le pas, et c’est clopin-clopant que nous continuons à trois notre route.

Je fais de tout petits pas, je bois, je mange mes tucs, je bois à nouveau, je secoue mes jambes, masse mes mollets et mes cuisses, j’avance tant bien que mal. Je suis dans ma bulle, cerveau verrouillé, bien décidée à aller au bout.

On se trouve sur les crêtes, je sais que bientôt, nous atteindrons l’antenne, et le plus dur sera derrière nous !

Je ne pense plus qu’à ça. J’ai la démarche de Robocop en pire ; je sens que les crampes ne sont pas loin, que ça ne se joue vraiment à rien, je prie pour que ça tienne…

Le vent souffle par ici : je baisse mes manches et remonte ma fermeture, brrr!!!

 

Afficher l'image d'origine

 

On atteint le sommet, enfin, ça y est : Cime du Bosc 1124m. Dans ma tête, c’est la fête ! Cher dénivelé positif, tu fais désormais partie de mon passé. Big smile, mais mégas crampes. J’ai les larmes aux yeux, quelles saletés !!!! Obligée de faire une micro-pause  « Repeat » : je secoue mes jambes, masse mes mollets et mes cuisses ; je respire, je souffle, je bois, je « Tuc », je repars. Je rattrape mes acolytes.

Kilomètre 22, dernière portion. Nous entamons, joyeux lurons, les derniers kilomètres qui nous séparent de l’arrivée.

Début de slaloms interminables en sous-bois ; Concentration maximale sur chacune des pierres que nous foulons en gardant en visu le balisage…

Je cours comme je peux, je pense avoir à peu près la même dégaine qu’un bout de ferraille avec des pieds : mes jambes sont de bois, mais mon mental de marbre.

Histoire de nous changer les idées, c’est assez naturellement que nous commençons à pousser la chansonnette !

Les échos de nos chants attireront bientôt quelques autres membres du CTC qui, tour à tour, nous dépasserons sans peine (Seb et Jphi) ! Olivier raccrochera notre petit wagon puis s’arrêtera à nouveau à cause de ces foutues crampes ! (…)

Terre promise en vue : l’arrivée avec le chapiteau et le lac de Breil en contrebas ; nous approchons du but à grands pas !

Nous continuons notre descente sans fin quand au loin, nous apercevons une petite tache rouge ; en nous rapprochant, la petite tache rouge se transformera en JC aux couleurs du CTC!! (Merci encore !!!!).

On rejoint enfin la route goudronnée, un monsieur avec un petit panneau vert nous indique qu’il faut bifurquer à gauche, ce sont les derniers mètres à parcourir, alors mains dans la main, nous nous préparons à franchir la ligne d’arrivée ensemble.

Bip-Bip-Bip!! Sonnent nos puces électroniques à l’unisson…

Ca y est, mission accomplie, j’arrête ma montre « 4h01’03’’ ».

Chrono inattendu, arrivée fortuite, sourire béat, embrassades qui n’en finissent pas, félicitations à tout va, tape dans les mains, et claque dans le dos… C’est donc fière et tout aussi émue que je termine ce premier Trail qui, décidément, porte à « Merveille » son nom…

 

 

Ingrid.

 

 

 

14 Commentaires

  1. RomainRomain03-07-2016

    Bravo Ingrid! Très belle course qui en appelle bien d’autres! Maintenant, tu vas trouver les sorties dominicales trop faciles… :-P

  2. IngridIngrid03-07-2016

    Merci @romain!! Mais bon, je pense que je n’ai pas fini de souffrir dans la bonne humeur même aux entraînements du dimanche ;-) !!!

  3. StéphanieStéphanie03-07-2016

    Super Princesse !
    Et merci pour tes lignes, ça permet de vivre un peu tout ça par procuration
    Bisous steph

  4. IngridIngrid03-07-2016

    Avec plaisir !! :-)

  5. JackyJacky03-07-2016

    Premier trail et premier article dans le blog. Bravo pour ces deux “exploits”. Et tu as oublié ton podium. Une belle réussite pour une première, qui n’était quand même pas des plus faciles. Félicitations !!!!

  6. JphiJphi03-07-2016

    Justement je me demandais… Trail des Merveilles… Merveilles, c’est pour les participants ?

  7. LydieLydie03-07-2016

    superbe récit !!! Tu es extra une vraie championne le mental les jambes tout pour arriver loin! Félicitations gros bisous et merci pour ce superbe partage

  8. mpiempie03-07-2016

    Ce ne pouvait qu’une partie de merveilles….au vue du nom de ce trail
    je t’en souhaite pleins d’autres…Que ta foulées puissent se dérouler sur de nombreux chemins à découvrir

  9. BenjaminBenjamin03-07-2016

    Super ton récit ça fait plaisir à lire https://www.cevennes-trail-club.fr/wp-includes/images/smilies/(wink2).png. T’as des capacités énormes go go go vers de nouvelles aventures sous les couleurs du CTC !!! Mental de tueuse https://www.cevennes-trail-club.fr/wp-includes/images/smilies/(cool).png

  10. ChristineChristine03-07-2016

    Félicitations Ingrid pour ton premier trail et le podium. Merci pour ton récit qui nous fait revivre les bons moments et les “petites douleurs”. BRAVO.

  11. Jean-ClaudeJean-Claude03-08-2016

    Superbe récit, un régal à lire, t’es une championne.

  12. Sandri brigitteSandri brigitte03-08-2016

    Belles paroles…félicitations championne. Je te souhaite encore et encore de belles aventures!??????

  13. CristelleCristelle03-09-2016

    Très beau récit et très belle course pour une première (ça promet de belles choses !)
    C’est un honneur d’avoir partagé ce moment avec toi !

  14. RoxaneRoxane03-09-2016

    Merci pour ce beau récit et bravo pour ta course !

Laisser un commentaire

X
X